Toxicodendron radicans (L.) Kuntze

Remarque Les mots ou termes en rouge (en fait en orange foncé) sont définis dans un glossaire.


may_26_10.gthmb can't be loaded. Le Toxicodendron radicans est un arbuste dressé ou rampant, ou une plante grimpante. Il produite une résine, l'urushiol, un irritant de la peau qui est parfois la cause de rougeurs et graves démangeaisons; l'urushiol est un allergène présent dans la plupart des parties de la plante. Le Toxicodendron radicans est indigène de l'Amérique du Nord. C'est une mauvaise herbe au Minnesota, au Michigan, en Ontario, où il forme rapidement des colonies.

Le Toxicodendron radicans est un taxon très variable et il y a beaucoup de désaccord entre botanistes pour savoir si le Toxicodendron radicans est une seule espèce avec nombre de variations et variétés ou sous-espèces ou plusieurs espèces séparées. Nombre de botanistes reconnaissent 7 sous-espèces du Toxicodendron radicans, à savoir :

D'autres botanistes considèrent certaines des ces sous-espèces, comme la sous-espèce radicans par exemple, comme de simples variétés. D'autres, au Québec notamment considèrent l'espèce Toxicodendron rydbergii comme une variété du Toxicodendron radicans i.e. de nom Toxicodendron radicans var. rydbergii, ce qui semble illustrer que le genre Toxicodendron n'est pas encore assez bien compris, biologiquement, et que l'on devra attendre le résultat d'études complémentaires avant que les botanistes se mettent d'accord sur ce taxon.

Une chose cependant est certaine, le Toxicodendron radicans appartient à la famille des Anacardiaceae.

Nom

En Grec classique, un des sens du mot τοξιcοσ (toxicos) est poison à l'usage des flèches.

draw_e.jpg can't be loaded.

En Latin, le mot est devenu toxicum avec la même signification et le sens plus général de poison et laudanum (un extrait de l'opium utilisé d'abord pour ses propriétés médicinales) et le mot latin nous a donné le mot toxique et ses dérivés. En Grec classique, δενδρον (dendron) signifie arbre, et toutes les espèces appartenant au genre Toxicodendron sont des arbuste ou des petits arbres et sont toutes toxiques.

En Latin, le verbe radicare signifie s'enraciner, et radicans est son participe présent. L'épithète fait référence à ce que le Toxicodendron radicans s'enracine facilement.

Noms communs

Les noms vernaculaires du Toxicodendron radicans sont Herbe à la puce, Herbe à puce, Sumac grimpant, Toxicodendron grimpant. Son nom vernaculaire anglais est Poison Ivy (Lierre empoisonné).

Synonymes

Le Toxicodendron radicans a aussi été connu comme :

Identification

Il est des plus important d'être capable d'identifier rapidement et sans erreur le Toxicodendron radicans, tant dans sa forme grimpante que comme arbrisseau, car vous avez plus d'une chance sur deux (et c'est tout sauf avoir de la chance !) d'être allergique à l'urushiol; le Toxicodendron radicans est d'ailleurs simple à identifier; on le reconnaît par : Les marges des folioles n'ont pas de dents, ou sont festonnées, ou portent quelques dents irrégulières. Généralement, les marges externes des folioles latérales sont irrégulièrement dentées, et les marges internes n'ont pas de dent. Quant à la foliole du milieu, elle est généralement un peu plus grande que les folioles latérales.

On confond parfois le Parthenocissus quinquefolia (la Vigne vierge), une plante grimpante, avec le Toxicodendron radicans, mais le Parthenocissus quinquefolia a cinq folioles, attachées au même point, le Toxicodendron radicans n'en a que trois. draw_b.jpg can't be loaded. Toxicodendron radicans

Description

Tiges

Les tiges sont d'abord de couleur vert-rougeâtre léger, puis deviennent ligneuses, brunes et glabres (par contre les tiges des plantes grimpantes semblent parfois pubescentes). Les tiges peuvent traîner sur ou juste en dessous du sol, en émettant fréquemment des branches vers le haut. Elles peuvent aussi se dresser sous la forme d'un arbrisseau et atteindre jusqu'à 7 pieds de haut. Ou ce sont des tiges de plante grimpantes dont le diamètre peut atteindre 5 pouces, tiges qui s'acccrochent aux arbres, aux clôtures, par leur racines aériennes dense et fibreuses. Ces tiges sont toxiques.

Feuilles

Les chenilles de l'Amorbia humerosana, de la Marathyssa basalis et du Paectes oculatrix se nourrissent des feuilles en dépit de sa toxicité.

Fleurs

Les abeilles sont attirées par le nectar et le pollen des fleurs. Une plante peut en fait avoir des fleurs hermaphrodites, ou seulement des fleurs staminées, ou seulement des fleurs pistillées, ou à la fois des fleurs staminées et des fleurs pistillées.

Fruits

Habitat

On trouve le Toxicodendron radicans dans les bois ou en bordure des bois; on le trouve également dans les endroits rocheux, en terrains ouverts, dans des sites perturbés. Il est assez fréquent dans le sous-étage forestier même s'il n'est que peu tolérant de l'ombre. On le trouve aussi en bordure des lacs, des marais, sur les berges des cours d'eau. Mais ce n'est pas un indicateur d'humidité; il n'est pas non plus associé à des types particuliers, mais on ne le trouve ni en terrains arides ni dans les lieux désertiques. Il pousse par contre dans une variété de sols, à un pH allant de 6.0 (un peu acide) à 7.9 (modérément alcalin). Il croît également dans les endroits soumis à des inondations saisonnières ou recevant de l'eau saumâtre.

Répartition

map_na.jpg can't be loaded.

On trouve le Toxicodendron radicans dans la moitié orientale de l'Amérique du Nord, incluant quelques États américains à l'ouest du Mississippi, incluant plusieurs provinces canadiennes. C'est une plante très commune en Nouvelle-Angleterre, dans les États de la côte atlantique et du sud-est des États-Unis. On trouve également le Toxicodendron radicans en Russie extrême-orientale : Îles Kouriles et Sakhaline, au Japon, en Chine et à Taïwan. La plante a été introduite en Europe (par vengence ? de quoi ?) La carte montre les provinces canadiennes et États américains où l'on trouve le Toxicodendron radicans .

Notes

Le Toxicodendron radicans est la plus répandue des plantes d'Amérique du Nord produisant de l'urushiol. Un contact avec la plante se traduit par une réaction allergique chez 85 à 90 % des gens, même en petite quantité (1 nanogramme, i.e. 1 milliardième de gramme). Un quart d'once de cette huile suffirait à infecter tout le population de la terre.

Quelques faits :

La seule façon d'éviter d'être affecté par l'urushiol du Toxicodendron radicans est d'éviter d'être en contact avec la plante, tant directement qu'indirectement, en touchant des vêtements ou des outils ou des objets quelconques qui ont été en contact avec la plante.

En dedans de 15 minutes de contact avec la peau, l'urushiol y adhère et il y a risque de dermatite. Un bon lavage à l'eau froide et une moyen d'ôter l'urushiol. L'eau chaude ou tiède, en ouvrant les pores de la peau, faciliterait l'adhérence de l'urushiol, et l'utilisation de savon lui permettrait de s'étendre.

draw_h.jpg can't be loaded.

Les animaux ne sont généralement pas affectés par le Toxicodendron radicans. C'est d'ailleurs une source de nourriture importante pour l'Odocoileus virginianus (le Cerf de Virginie). Ursus americanus (l'Ours noir), et plusieurs espèces du genre Sylvilagus (Lapins à queue blanche notamment) se nourrissent des feuilles, des branches et de fruits. Nombre d'oiseaux consomment les fruits en automne et en hiver; les Pics (famille des Picidae) sont particulièrement attirés par les fruits.

Malgré sa toxicité, plusieurs tribus amérindiennes se servaient du Toxicodendron radicans. Les Houmas prenaient une décoction de feuilles comme tonique. On dit que les Algonquins du Québec se frottaient la peau affecté par le Toxicodendron radicans avec des feuilles de Toxicodendron radicans ! (pour aggraver le problème ?) Les Cherokees prenaient une décoction de la plante comme émétique. Les Kiowas se servaient de la plante pour soigner les plaies; ils frottaient les furoncles et les rougeurs de la peau avec des feuilles (empirant le problème ?) Quant aux Navajos ils se servaient de la plante sur leur flèches empoisonnées et machaient les feuilles afin d'avoir de la chance dans les jeux de hasard !

Galerie

Les photos de cette galerie ont été prises avec l'un des appareils suivants : Minolta DiMAGE 7, Canon PowerShot A530, Canon Xt Rebel, habituellement avec l'objectif EF-S60mm f/2.8 Macro USM, Fujifilm A 610 and EPSON Perfection 2200 (scanner).

Le titre dans la fenêtre est la date à laquelle la photo a été prise, i.e. jan_01_06... signifiera que la photo a été prise le premier janvier, et le 06 est pour la sixième photo prise ce jour. Le mois, jour et numéro peuvent être suffixés d'une lettre qui me sert à identifier le système avec lequel la photo a été prise.

Cliquer sur les vignettes pour obtenir une image agrandie. Les photos originales sont généralement en format TIFF, les photos affichées sont habituellement en format JPEG, généralement de dimensions réduites de moitié (surface réduite au quart) afin de réduire la durée du chargement.

Plantes

jun_06_16.mthmb cannot be loaded. jun_06_17.mthmb cannot be loaded. may_14_09.mthmb cannot be loaded.
sep_04_03s.mthmb cannot be loaded. jun_16_01a.mthmb cannot be loaded.

Rameaux, bourgeons

avr_10_01c.mthmb cannot be loaded. avr_10_03c.mthmb cannot be loaded. apr_08_05c.mthmb cannot be loaded.

Feuilles, folioles

jun_06_01s.mthmb cannot be loaded. jun_06_02s.mthmb cannot be loaded. jun_06_03s.mthmb cannot be loaded.
Les feuilles ont été scannées à 300 ppp et les dimensions de l'image résultante ont été divisées par 2 (surface divisée par 4), ce qui permet de mesurer les dimensions des feuilles.

Fleurs

jun_22_01.mthmb cannot be loaded. jun_22_06.mthmb cannot be loaded. jun_22_02.mthmb cannot be loaded.

Fruits, graines

avr_13_03.mthmb cannot be loaded. oct_12_14.mthmb cannot be loaded. avr_10_04c.mthmb cannot be loaded.

Accueil